HUM MEDIA

Recevez deux fois par mois le meilleur des adresses (hôtels, restaurants, artisanat...) et inspirations pour voir la vie en vert et ralentir.

image_author_HUM_MÉDIA
Par HUM MÉDIA
32 articles
1 nov. · 4 mn à lire
Partager cet article :

#22 D’humeur fauve

Portraits, recettes, adresses, échappées, inspirations d'humeur responsable. De quoi défriser les moustaches de Mamère !

I. HUMEUR
D’humeur fauve

II. RENCONTRE DÉSIRABLE
Sarah Morin, prendre des fruits pour des lanternes

III. SUIVEZ LE GUIDE
À Marseille, cité radieuse !

IV. LA RECETTE
Les Strozzapreti de Ginevra

V. L’ACTU HUM
Les portraits engagés de la semaine

D’humeur fauve

Aucun autre mois n’évoque autant de couleurs qu’octobre. Rouge, jaune, orange et même rose, on dirait qu’il faut entrer dans l’hiver en flamboyance avant que décembre ne passe un violent coup de tippex sur l’ensemble. C’est beau finalement les passages, les transitions, tous ces cycles inscrits dans la nature et dont nous empruntons le mouvement sans toujours nous en apercevoir. On assiste à l’explosion et la superbe du début de l’automne avant une forme de repli, de vide, d’un silence choisi et peut-être même salvateur osons le mot. Pour revenir en majesté, la nature a besoin de reprendre des forces et nous avec. L’acceptation de ces moments d’entre-deux, moins exubérants, moins enthousiasmants aussi parfois constitue certainement une des clés de notre rapport à la vie et à la nature. Ralentir, se poser, se ménager des espaces de « rien » c’est construire mine de rien les conditions favorables d’un retour en fanfare (on ne se refait jamais complétement !). Suivez-nous, il est temps de fouler ce chemin envahi de feuilles fauves qui séparent ces deux périodes aux accents si différents. Et sur le chemin on vous propose de faire résonner les calebasses, cougourdes, cougourdons revisités par Sarah Morin, prendre un bouillon de culture à Marseille et ne pas se rater sur la recette aux couleurs de l’Italie de notre Ginevra adorée.

Le collectif Hum

Sarah Morin, prendre des fruits pour des lanternes

Lunettes, un sourire tapageur, des yeux bleus perçants, sous son tablier tacheté de peinture, Sarah Morin nous raconte dans son atelier comment elle est passée d’acheteuse-pollueuse pour de grands groupes à guérisseuse et façonneuse d’objets vertueux.

...